DigitalÉconomie & FiscalitéEurope & International

Après l’union monétaire, l’union numérique ?

Par 22 janvier 2016 Pas de commentaire

“Cette video n’est pas visible depuis votre zone géographique”. Qui n’a jamais éprouvé cette frustration en surfant sur Internet ? La faute à l’absence d’une union numérique européenne…

Le Parlement européen a justement approuvé à une très large majorité le rapport Kallas/Gebhardt sur cette future union numérique, ou marché commun numérique. Des bénéfices considérables sont attendus pour l’Union Européenne. Citons notamment la fin du blocage géographique et la possibilité pour l’internaute de regarder le JT de son choix en streaming. Ou encore la création d’une passerelle numérique unique facilitant les ventes en ligne à l’échelle européenne, la réduction conséquente des frais de livraison dans le commerce électronique transnational…

Le numérique n’arrête pas de croître

La maitrise technologique reste avant tout américaine. Pourtant, ces dernières années, le poids du numérique n’a cessé de croitre au sein de la société européenne. 315 millions d’européens utilisent chaque jour Internet. Les raisons de mettre en place cette union numérique européenne ne manquent donc pas. En voici quelques-unes : le boom de la croissance estimée à 415 milliards d’euros avec des retombées directes sur la création d’emplois et un attrait nouveau pour les start-up européennes qui auront moins de raisons de s’exporter outre-Atlantique et de développer leur « business model » en Californie dans la Silicon Valley.

Une union numérique à la traîne

Pour Frédérique Ries, députée européenne : « Plus de vingt ans après la publication du rapport sur la société de l’information planétaire par le Commissaire Bangemann, l’Europe est toujours à la traîne dans le domaine des nouvelles technologies. Il est grand temps d’inverser la tendance. L’UE doit favoriser l’émergence de sociétés leaders.  Par exemple dans la vente des biens et service en ligne, dans la création d’un « cloud européen », ou encore dans la E-Heath. Le chemin de la réalisation du marché unique numérique va être long. Mais c’est le seul qui soit possible. L’UE doit montrer sa capacité se réinventer et à regarder le futur avec espoir et ambition ».

Pour Louis Michel, député européen: « L’Europe doit  rejoindre au plus vite le convoi du numérique. Il concerne tous les aspects de la vie des citoyens, des jeunes, des hommes publics et des hommes d’affaires, jusqu’à en changer la démocratie elle-même. L’économie numérique est bien une mine de création d’emplois, d’innovation et de croissance. Néanmoins, elle  ne peut se réaliser au mépris du respect de la protection des données et de la vie privée.  Si chaque citoyen européen a droit à l’internet et au haut débit où qu’il se trouve, il a droit aussi au respect de sa vie privée. Je suis donc en faveur d’un marché unique numérique régulé. Je suis en faveur d’une union numérique, qui place l’individu au cœur de ses préoccupations ».

Découvrez plus d’information sur notre vision de l’Europe sur notre chaîne Youtube.

Tout sur la réforme de la Justice
Stop à la désinformation
En savoir plus
Stop à la désinformation
Tout sur la réforme de la Justice
En savoir plus