Le Bureau du Mouvement Réformateur s’est réuni sous la présidence d’Olivier Chastel. Il a acté la situation dans les entités fédérées. Le 19 juin, le président du cdH a en effet annoncé la fin de sa collaboration avec le Parti Socialiste. Cela remet en cause les majorités wallonnes, bruxelloises et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le Bureau du MR a donc mandaté son président Olivier Chastel pour dialoguer de manière responsable avec le cdH et les différentes formations politiques qui veulent incarner le changement. En fonction de ces contacts, le MR appréciera si les conditions sont réunies pour entamer des négociations.

Une situation exceptionnelle

Les membres du Bureau déclarent : « Nous mesurons parfaitement le caractère exceptionnel de cette situation. Le MR et son président Olivier Chastel veulent donc agir avec sérieux dans l’intérêt de l’avenir des wallons et des bruxellois. Le développement économique, l’emploi, la formation et l’enseignement, la cohésion sociale, la transition énergétique et une réforme drastique de la gouvernance sont plus que jamais à l’ordre du jour afin de mieux rencontrer les défis et les attentes des citoyens ».

Le 19 juin dernier, le président du cdH Benoît Lutgen a pris une décision radicale. Son parti a remis en cause les majorités dans lesquelles il siège dans les entités fédérées. Cette décision fait suite aux nombreux scandales qui ont touché le Parti socialiste. Le virage à l’extrême-gauche de ce parti, sous la pression du PTB, a également joué. Le cdH est à la recherche de nouveaux partenaires pour donner un nouveau souffle aux entités fédérées.

Tout sur la réforme de la Justice
Stop à la désinformation
En savoir plus
Stop à la désinformation
Tout sur la réforme de la Justice
En savoir plus