Les élèves de primaire et du secondaire vont être davantage soutenus en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). En effet, la commission Education du Parlement prévoit d’installer une ligne téléphonique à destination des élèves. Le but : les aider à réaliser leurs devoirs et assimiler leurs leçons.

50 professeurs se relaient chaque soir pour répondre aux élèves

Pour créer cette ligne, la FWB s’inspire du modèle québécois Alloprof. Ce dernier fonctionne sur un système de tournante. Une cinquantaine de professeurs spécialisés dans différentes matières se relaient tous les soirs. Gratuitement, ces professeurs répondent donc aux appels des élèves qui sèchent devant leurs devoirs.

A côté de la ligne téléphonique, Alloprof offre également d’autres services. Le dispositif propose une série de documents, des capsules vidéos, des exercices et un forum de discussion via internet.

Un coût financier léger

Financièrement, le dispositif coute peu : annuelement 2 millions de dollars canadiens (1,3 millions d’euros).

Initiée par le MR, la mise en place de ce projet permet également de promouvoir l’égalité des chances. En effet, il constitue un outil d’aide à la réussite pour tous, même pour ceux qui sont loin d’une école de devoirs.

Pour le MR, un meilleur apprentissage des savoirs de base permettrait de diminuer l’échec dans le supérieur. Les libéraux souhaitent aussi une meilleure approche pour l’apprentissage des mathématiques et des sciences. L’esprit scientifique est un acquis essentiel de notre culture et de notre société, il est source de progrès, combat l’obscurantisme et est capable de fournir des solutions innovantes aux enjeux de la société du 21ème siècle.

Ceci pourrait vous intéresser: