Le bilan du Gouvernement de Charles Michel est très positif. Georges-Louis Bouchez, porte-parole de la campagne électorale du MR, souligne que le nombre d’emplois et le taux d’activité en Belgique ont augmenté. En outre, la pension à 67 ans est indispensable. Le système des pensions coute de plus en plus chaque année. Il était primordial de le réformer afin d’éviter la faillite du système.

Le taux d’activité en Belgique passe de 67% à 70%

Le bilan du Gouvernement de Charles Michel est très positif. Durant cette législature, le taux d’activité en Belgique passe de 67% à 70% (entre 2014 et 2018). Le pouvoir d’achat a augmenté de 5% (source: Bureau fédéral du Plan) et 240.000 emplois ont été créés.

La pension à 67 ans est indispensable pour éviter la faillite du système

La pension à 67 ans est nécessaire (effective en 2030). En effet, les pensions représentent 42 milliards du budget annuel et, chaque année, elles coutent un milliard de plus. Autrement dit, si aucune mesure n’avait été prise, le système des pensions serait en faillite.

Georges-Louis Bouchez rappelle que la pension à 67 ans ne signifie pas forcément que l’on doit partir en retraite à 67 ans. Il existe un droit de partir à la pension entre 62 et 67 ans. Il souligne également qu’aujourd’hui, la pension légale est à 65 ans et l’âge moyen de départ à la retraite est à 61 ans. En d’autres termes, la pension à 67 ans est une “limite ultime”.

Enfin, Georges-Louis Bouchez précise que le coût des pensions augmentera jusqu’en 2030. En effet, ce sont les enfants du baby-boom (nés entre 1946 et 1964) qui sont devenus les papys-boom. Après 2030, les statistiques montrent que la tendance va s’inverser (augmentation du nombre d’enfants et diminution du nombre de personnes âgées). Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’aller au-delà de la pension à 67 ans.

Actuellement, la FGTB défend le PS et le PTB

Tout d’abord, pour Georges-Louis Bouchez, le rôle d’un syndicat est de défendre les travailleurs. Or, actuellement, la FGTB ne défend plus qu’Elio Di Rupo et Raoul Hedebouw (PS et PTB).

Ensuite, le service minimum prouve ses bons résultats, notamment à la SNCB. Il est primordial que ce service soit également opérationnel dans le TEC.