Le Mouvement Réformateur se met en route vers les élections 2018 !  A l’occasion du 1er mai, Olivier Chastel a lancé une campagne de communication positive.

« Premièrement,  la peur et le repli sur soi ont été deux maîtres-mots de ces derniers mois. Les américains ont choisi de s’isoler, les britanniques ont dit non à l’Europe. Les wallons, eux, se sont opposés au libre-échange. Notre mode de vie est mis en danger par des fanatiques qui à Paris, Bruxelles, Nice, Berlin, Londres ou Stockholm s’opposent à nos sociétés libérales. Au sein même de celles-ci, des voix s’expriment contre les étrangers ou veulent remettre en question les droits acquis par les femmes ou les minorités sexuelles. Enfin, sur le plan socio-économique, d’autres s’opposent aux évolutions apportées par le développement du numérique ou les nouvelles formes de travail » analyse Olivier Chastel.

Le changement ne nous fait pas peur. Il est une opportunité. Aux conservatismes nous opposons l’ouverture. Confiants, nous regardons vers le futur. Critiquer ceux qui agissent est plus facile que d’agir. Dans un monde où trop de gens sont « contre », le MR marque sa différence en faisant le choix d’être « Pour ».

Pour.be

Par ailleurs, cette campagne se prépare depuis plusieurs mois. Exclusivement digitale, elle se compose de deux volets. D’une part, des visuels déclinés en six thèmes. Enseignement, mobilité, pensions, emploi, sécurité et jeunes. Ils permettront d’exprimer le positionnement du MR et de rappeler le sens de son engagement dans ces différentes matières. D’autre part, une plate-forme internet interactive est mise en place (www.pour.be). Sur ce site, les citoyens pourront choisir les thèmes qui leur semblent prioritaires pour leur commune, déposer des propositions ou voter pour celles déposées par d’autres.

« Ces propositions positives seront pour nous source d’inspiration et nous les déclinerons ensuite dans nos programmes électoraux », explique Olivier Chastel. En laissant à chacun la liberté de proposer et d’agir, le MR réaffirme son engagement de grand parti libéral. Le président du MR conclut : «Enfin, à ceux qui, à l’extérieur, tiennent sans cesse des discours négatifs, à ceux qui sont en permanence « contre », nous adressons cette invitation : « Et si comme nous, vous décidiez d’être pour ? ».