En tant que membre de l’OTAN, la Belgique se doit de contribuer à la sécurité de la zone Euro-atlantique. Les investissements en matériel militaire sont en effet indispensables afin de garantir la défense et la sécurité du pays. Forte de ce constat, la Belgique vient d’attribuer le marché de remplacement des F-16 à l’US Joint Program Office qui représente l’avion F-35 de Lockheed Martin. Un investissement qui s’étalera sur la période 2020-2030. Ce qui permettra à la Belgique de disposer d’un matériel efficace et à la pointe de la modernité.

Un meilleur achat qualité prix

En 2015, le gouvernement fédéral a décidé d’un plan d’investissement dans les 4 dimensions capacitaires de la Défense. Et ce, notamment par l’achat de 34 avions de chasses, appelés à remplacer les F-16 vieillissants. Le gouvernement ne reçoit finalement que 2 offres dans le cadre de la procédure RfGP : celle du Joint Program Office qui présente le F35 (USA) et celle du Ministère britannique de la Défense (UK MOD) qui présente l’Eurofighter-Thyphoon (UK).

La France, avec le Rafale (Dassault) ne répond pas à l’appel d’offre, mais propose – via un courrier de la Ministre des Armées – à la Belgique un partenariat stratégique. La France n’a pas participé à l’appel d’offre et ne rentre donc pas dans les conditions. Malgré des demandes répétées d’informations, le prix des avions français par exemple, reste inconnu à ce jour.

Une analyse des deux offres reçues a été menée pendant de nombreux mois par une commission d’experts militaires et du SPF Economie.  Les conclusions sont que le F-35 offre un meilleur achat qualité/prix par rapport à l’Eurofighter. Pour preuve, le Danemark, les Pays-Bas, l’Italie et l’Angleterre ont également opté pour le F-35.

Une économie de 647 millions d’euros

Outre la meilleure qualité technique, les retombées économiques seront plus avantageuses avec l’offre américaine. Bruxelles et la Wallonie disposent d’un savoir-faire en matière d’aéronautique que nous devons préserver et renforcer. Ce secteur est vital pour notre économie. Le F-35 présente, sur base de l’évaluation minutieuse confirmée en tout point par l’inspecteur des Finances, des avantages majeurs. Et ce, aussi bien dans le domaine technique, opérationnel, du coût et du retour sociétal pour la Belgique. Enfin, l’offre américaine est très favorable et permet une économie de 647 millions d’euros par rapport au montant inscrit au budget de la Défense en 2018.

442 véhicules blindés pour la force terrestre

Les achats militaires ne se limitent pas au remplacement de nos F-16. Le Kern a également approuvé l’achat de deux systèmes de drones « Male » (Medium Altitude Long Endurance) ainsi que la concrétisation d’un « partenariat stratégique » avec la France pour l’achat de 442 véhicules blindés pour la force terrestre.

Le Gouvernement fédéral démontre ici sa volonté de doter la Défense et son personnel de moyens permettant de faire face aux enjeux sécuritaires présents et futurs tant au niveau belge qu’européen. Afin d’assurer le retour sociétal offert par les constructeurs, la Défense et le SPF Economie ont démarré des discussions sur la création d’une organisation qui gérera les décisions à prendre dans ce domaine. Les Régions et Communautés et le secteur de l’industrie seront associés.

 

 

 

Découvrez notre bilan
Cliquez ici
Découvrez notre bilan
Cliquez ici