Les enseignants qui effectuent des heures supplémentaires pour aider des élèves doivent être récompensés financièrement. Sophie Wilmès, ministre fédéral du Budget, veut défiscaliser les heures supplémentaires faites par les enseignants. En outre, le MR désire objectiver la charge de travail des magistrats afin de rééquilibrer les financements dans les secteurs judiciaires. Enfin, Sophie Wilmès rappelle que, grâce au Gouvernement de Charles Michel, le déficit budgétaire est divisé par 4 en 4 ans.

Défiscaliser les heures supplémentaires faites par les enseignants

Le décret “titres et fonctions” crée une situation chaotique dans les écoles. En effet, les élèves reçoivent plus d’heures de fourches. Ces dernières sont des heures perdues car, pendant ce temps, les élèves ne reçoivent pas d’enseignement sur des apprentissages de base.

Pour répondre à ce problème, le MR veut défiscaliser les heures supplémentaires faites par les enseignants. Cette mesure, liée à la fiscalité, intervient au niveau fédéral.

Diminuer l’engorgement de certaines juridictions

Pour pallier l’engorgement de certaines juridictions, le Gouvernement de Charles Michel et Koen Geens, ministre fédéral de la Justice, ont mis en place la possibilité de juger avec un juge et non plus avec 3 juges.

Justice: objectiver la charge de travail des magistrats

Sophie Wilmès souhaite d’abord une relation apaisée entre Gouvernement et magistrats.

Ensuite, la cartographie de la Justice est déséquilibrée. En effet, des juridictions possèdent du retard dans le traitement de leurs dossiers alors que d’autres juridictions non. Il est primordial d’observer la charge de travail de chacun et de rééquilibrer les financements dans les secteurs judiciaires où cela est nécessaire. Sophie Wilmès plaide pour objectiver la charge de travail des magistrats.

Enfin, la ministre précise que les budgets attribués à la Justice ont augmenté. Toutefois, pour Sophie Wilmès, ces sommes doivent encore hausser.

Un déficit budgétaire divisé par 4 en 4 ans

La Belgique se rapproche de l’équilibre budgétaire. Grâce au Gouvernement de Charles Michel, le déficit passe de 12 milliards à 3 milliards (entre 2014 et 2018). Autrement dit, il est divisé par 4 en 4 ans.

Pour ce faire, le Gouvernement fédéral a d’abord travaillé sur l’équilibre économique afin de garantir une diminution du déficit. Ensuite, tout en redressant le budget belge, le Gouvernement a créé des conditions favorables pour la création de 230.000 emplois. Il a également augmenté sensiblement le pouvoir d’achat des travailleurs. Ces résultats positifs proviennent d’un Gouvernement sans les socialistes.