La justice européenne valide le CETA (Accord économique et commercial global entre la Canada et l’Union européenne). En 2017 et en 2018, les exportations wallonnes vers le Canada ont augmenté respectivement de 118,5% et 52,4%.

Un accord compatible avec le droit européen

La Cour de Justice de l’UE a rendu, ce matin, sa décision concernant la compatibilité du mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et Etats prévu par le CETA. Pour la Cour, cet accord est compatible avec le droit européen.

Cette décision permet d’envisager la poursuite du processus de ratification de l’accord de protection des investissements avec le Canada. Pour rappel, le Canada est le 10ème marché étranger pour la Wallonie et le 2ème hors de l’Europe.

Des exportations vers le Canada en hausse: +52,4% en 2018

En 2017 et en 2018, les exportations wallonnes vers le Canada connaissent une forte expansion. En effet, en 2017 et en 2018, les exportations augmentent respectivement de 118,5% et 52,4%.

Le constat est clair: le CETA est bénéfique pour la plupart des entreprises wallonnes exportant vers le Canada (environ 600). Ces entreprises profitent de la suppression des droits de douane sur 98% des lignes tarifaires pour augmenter leurs exportations.

Un commerce international respectueux et équitable

Le MR a toujours été en faveur de la signature du CETA. Il est porteur de prospérité, de progrès et de liberté. En outre, Willy Borsus, Ministre-président du Gouvernement wallon, veut poursuivre les efforts. En effet, il désire inscrire chaque traité international dans une approche de respect des droits de l’homme, des droits sociaux et de l’environnement. Il est primordial que le commerce international soit respectueux et équitable.

Willy Borsus souhaite également obtenir une transparence maximale dans les négociations et les traités commerciaux. Une attention particulière doit être portée aux intérêts et à l’accès des PME au commerce international.

Enfin, le Ministre-président précise que la décision de la Cour constitue une réponse importante aux nombreux échanges entourant le débat du CETA. Cependant, pour Willy Borsus, le système doit évoluer vers une Cour multilatérale permanente sur l’investissement (comme le déclarait le Parlement wallon dans sa résolution de février 2018).

 

Pour le MR, le libre-échange est fondamental. Néanmoins, ces accords doivent respecter les standards, les normes  et les valeurs défendues par l’Union européenne, les traités et les directives: services publics, environnement, agriculture, aspects sanitaires et phytosanitaires, protection sociale, droit du travail, accessibilité de nos PME aux marchés publics concernés…

Ceci pourrait vous intéresser: