Ce jeudi 13 décembre, le Gouvernement wallon, sur proposition du Ministre de la Recherche et de l’Innovation, a annoncé officiellement la signature de la convention relative au partenariat d’innovation technologique (PIT) « Prother-wal », projet à la base du financement du futur centre de protonthérapie wallon.

Pour rappel, au mois de juillet dernier, le Gouvernement avait présenté plusieurs avancées concrètes en annonçant avoir réussi à rassembler toutes les universités francophones (UCL, ULB, ULiège, UMons et UNamur) autour du projet, qui prendrait alors officiellement place à Charleroi.

Ce projet de partenariat rassemblera quatre universités (ULB, ULiège, UMons et UNamur) et deux entreprises, IBA et la scrl ProtonW.be, créée au mois de novembre dernier (notamment suite à la participation des 5 hôpitaux partenaires). Prother-Wal couvrira aussi bien la recherche au niveau technologique (via l’équipement ou encore l’étude des matériaux) que biologique (via la radiobiologie, les modèles précliniques) et médicale. Grâce au financement du projet PROTHER-WAl, le centre wallon de protonthérapie pourra voir le jour et dès lors accueillir des patients aussi bien dans le cadre d’études cliniques que dans le cadre de traitements thérapeutiques.

La Région débloquera pour ce projet un montant total de 45,93 Millions d’euros (1 Million complémentaire sera octroyé par la SOFIPÔLE, filiale de la SRIW). Ils serviront majoritairement à financer les aspects liés à l’équipement et à la recherche menée par les équipes universitaires et d’IBA, ainsi que la coordination orchestrée par ProtonW.be.

Complémentairement à ce montant, 1,95 Millions d’euros supplémentaires ont été octroyés pour permettre à l’UCLouvain  de participer aux projets de recherche collaboratifs, avec les autres universités francophones, au sein du centre wallon de protonthérapie.

Le lieu précis a quant à lui été officiellement arrêté : le centre prendra place sur le site du nouvel hôpital Marie-Curie, à Lodelinsart. Les patients venant d’hôpitaux partenaires pourront directement y être traités, conformément à la collaboration à l’œuvre entre le centre et les hôpitaux partenaires.

« Je me réjouis que ce projet ambitieux, fédérateur et surtout, porteur d’espoir signe aujourd’hui une étape importante dans l’aboutissement de ce dossier, qui, pour rappel, est sur la table des différents Gouvernements wallons successifs depuis 2012. C’est aussi une bonne nouvelle pour la lutte contre le cancer, car la protonthérapie est une forme de radiothérapie plus efficace » s’est félicité le Ministre Jeholet.

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir