Le gouvernement wallon MR-cdH a fait de la bonne gouvernance une priorité. Le MR est de retour au pouvoir en Wallonie depuis juillet 2017. La Wallonie était alors empêtrée dans des scandales liés à la bonne gouvernance, comme l’affaire Publifin. De nombreux décrets liés à la gouvernance ont déjà été votés. La majorité MR-cdH avait encore d’autres projets pour renforcer la démocratie. Mais le PS ne semble pas décidé à avancer pour améliorer la démocratie et la gouvernance en Wallonie.

Rendre plus de pouvoir aux citoyens

Les propositions soutenues par le MR portent notamment sur l’organisation des prochaines élections régionales. Le MR souhaite supprimer l’effet dévolutif de la case de tête, imposer la « tirette » sur les listes et supprimer la liste des suppléants. Ces mesures poursuivent l’objectif de renforcer la démocratie. Elles donnent plus de pouvoir aux citoyens.

Derrière le nom technique « effet dévolutif de la case de tête » se cache un mécanisme qui permet aux partis d’imposer leurs choix aux électeurs. En effet, le vote de liste, exprimé en case de tête, est réparti sur l’ensemble de la liste mais il profite davantage aux candidats placés en haut de liste. Le choix personnalisé de l’électeur perd donc de son importance puisque c’est l’ordre des candidats défini par le parti qui est souvent déterminant. En supprimant cet effet dévolutif, on renforce donc le vote exprimé par les citoyens qui ont manifesté leur soutien à des personnalités.

Cette proposition fait d’ailleurs partie intégrante du projet du MR en matière de bonne gouvernance.

Le MR souhaite également supprimer la liste des suppléants aux élections régionales. C’est déjà le cas pour les élections locales. Actuellement, aux élections régionales, quand un député quitte son siège (parce qu’il devient ministre, parce qu’il démissionne…), il est remplacé par un suppléant que l’électeur n’a pas choisi. Le MR souhaite renforcer le choix de l’électeur en supprimant la liste des suppléants. Le député en partance serait alors remplacé par la personne de la liste qui a fait le plus de voix après lui.

La « tirette », enfin, est une mesure favorable à l’égalité homme-femme. Elle impose l’alternance homme-femme sur l’ensemble de la liste, et plus seulement pour les deux premiers candidats. Ceci permettrait de favoriser l’élection des femmes. Cela permet de renforcer la démocratie représentative.

Le PS aussi fait des propositions pour renforcer la démocratie

Pour voter ces textes, le soutien du Parti Socialiste (PS) est nécessaire. En effet, une majorité des 2/3 est nécessaire.

Mais le PS est arrivé avec ses propres propositions. En posant ses conditions : les députés PS voteront les textes de la majorité si la majorité accepte de voter les textes du PS.

Première de ces propositions : imposer le plafonnement de rémunération à 100% de l’indemnité parlementaire. Au MR, nous considérons que tout travail mérite salaire. Il existe un plafond de 150% actuellement. La proposition du PS limite en plus cette mesure aux seuls membres des collèges communaux et provinciaux. Les députés et les conseillers communaux pourraient continuer à dépasser ce plafond. Cela n’a pas de sens, d’autant plus que le PS n’a pas fait cette proposition à Bruxelles, où il est dans la majorité. Cela manque donc de cohérence.

Le MR veut s’imposer la règle des 50 000 habitants

Seconde proposition du PS : la parité totale dans les collèges communaux et provinciaux. Cette proposition, plutôt irréaliste, a déjà fait l’objet de débats précédemment et avait été rejetée. Il faut ici aussi constater que le PS n’a jamais fait cette proposition quand il était au pouvoir… Le mécanisme vient d’être instauré à Bruxelles. Le MR s’est abstenu à ce sujet.

Dernière proposition du PS : l’interdiction de cumuler une fonction exécutive communale et parlementaire dans les villes de plus de 50 000 habitants. Il s’agit ici d’une règle européenne soutenue par le MR. Les Libéraux s’appliqueront d’ailleurs cette règle à eux-mêmes dès 2019.

On le voit déjà à Bruxelles où, par exemple, Boris Dilliès a quitté le Parlement bruxellois pour devenir bourgmestre d’Uccle. David Weytsman a quitté son mandat d’échevin à Bruxelles-Ville pour devenir député bruxellois. Gautier Calomne ne deviendra pas échevin à Ixelles afin de rester député fédéral. Pour le MR, le problème est ici que la règle viendrait s’ajouter à une autre, très complexe, qui limite le cumul des mandats en Wallonie. Pour le MR, il faudrait donc d’abord clarifier les règles existantes avant de couler cette proposition dans un décret. On ne change pas les règles en cours de partie. Mais cela n’empêchera pas le MR de s’appliquer cette règle en 2019.

La bonne gouvernance wallonne est perdante

En définitive, seul le texte imposant la tirette sur les listes aux élections régionales a été voté. Le PS a refusé de soutenir les autres textes parce que la majorité MR et cdH a refusé de soutenir les siens. Pour le MR, c’est un piteux marchandage dont les citoyens et la démocratie sortent perdants. Les propositions du PS témoignent de l’incohérence de ce parti, qui n’a jamais tenté de les mettre en oeuvre quand il était au pouvoir. Cela démontre enfin que le PS n’est pas du tout prêt à avancer pour améliorer de façon constructive la bonne gouvernance en Wallonie.

 

 

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir