Bien-êtreÉgalité des chancesSanté

Plan Autisme : quand le PS oublie ses responsabilités

Par 8 décembre 2015 Pas de commentaire

Le Plan Autisme francophone fait moins réagir le PS là où il est au pouvoir que là où il est dans l’opposition. Son attitude à la Chambre étonne la députée wallonne Virginie Defrang-Firket et le député fédéral Damien Thiéry.

Le Plan Autisme : un effet d’annonce

Celui-ci se pose en effet en défenseur des parents démunis face à l’autisme. Le député PS André Frédéric se met par ailleurs en scène dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. La prise en charge de l’autisme doit se concevoir dans le cadre des soins de longue durée. Lors de la 6e réforme de l’Etat, cette compétence a été transférée aux entités fédérées. Virginie Defrang-Firket y suit cette matière de près. « Les Ministres Milquet et Prévôt ont présenté un Plan Autisme en avril dernier. Un pur effet d’annonce puisque depuis lors, rien n’a été fait. Il n’y a ni mesure concrète, ni budget défini, ni calendrier. C’est cela qui devrait faire réagir le PS ».

Un coup de communication

À la Chambre, le Député réformateur, Damien Thiéry, dénonce un coup de communication. « Le parti socialiste s’offre un coup de com au détriment des parents d’enfants autistes. C’est inacceptable. En jouant la carte de la désinformation, les socialistes créent un climat d’instabilité préjudiciable aux familles en demande de soutien. Ils ont voulu faire voter un proposition de résolution en Commission de la Santé avant même que leurs pairs régionaux et communautaires n’aient informés la Ministre fédérale de leurs actions. Et en sachant pertinemment que cette concertation entre les différents niveaux de pouvoir est indispensable ».

Au fédéral, un plan multidisciplinaire

Au niveau fédéral, la Ministre Maggie De Block envisage la prise en charge de l’autisme dans le cadre d’un plan intégré et multidisciplinaire pour les maladies chroniques et pour les soins de santé mentale. Celui-ci disposera d’un financement adéquat. La rédaction d’un plan spécifique à l’autisme relève par contre de la compétence des entités fédérées. Virginie Defrang-Firket a donc déposé au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles une proposition de résolution définissant des mesures concrètes pour une meilleure prise en charge de l’autisme. « Ces mesures n’ont qu’un impact financier limité mais sont porteuses d’espoir et attendues de longue date par les familles : dépistage précoce, accompagnement des familles, formation des professionnels, classes inclusives ». Pour Virginie Defrang-Firket, les enfants autistes et leurs familles méritent mieux que cette querelle politicienne. Elle réunira familles et associations pour une table ronde à ce sujet la semaine prochaine.

Tout sur la réforme de la Justice
Stop à la désinformation
En savoir plus
Stop à la désinformation
Tout sur la réforme de la Justice
En savoir plus