05.06.2012 Il y a : 3 yrs

Le MR se réjouit de l'adoption de la simplification du vote pour les Belges vivant à l'étranger

Cela faisait des années que le Mouvement Réformateur exigeait qu'une simplification intervienne dans le cadre du vote des Belges résidant à l'étranger.

Un pas majeur dans cette direction vient d'être franchi avec l'adoption par la Commission des Réformes institutionnelles de la Chambre de la proposition de loi qui simplifie et objective le droit de vote des Belges à l'étranger.

Le texte fait partie du premier volet de la réforme de l'Etat sur laquelle les six partis de la majorité, plus les Verts, sont tombés d'accord fin 2011.

Depuis 1998, les Belges résidant à l'étranger peuvent participer aux élections législatives fédérales. Mais ce n'est pas toujours une sinécure pour ces expatriés, particulièrement lorsque le gouvernement tombe anticipativement et que le délai d'organisation du scrutin dans les postes diplomatiques et consulaires est très court – comme on l'a vécu en juin 2010.

Lors des négociations gouvernementales, le MR avait insisté pour simplifier le système et faciliter le vote de ces Belges.

Désormais, des critères objectifs de rattachement à une commune d'inscription seront prévus et les électeurs ne devront plus se réinscrire à chaque scrutin. De même, les modalités de vote et de dépouillement seront améliorées.

Concrètement, un Belge résidant à l'étranger sera rattaché, dans l'ordre : à la commune belge dans laquelle il a été inscrit en dernier ; à défaut, dans la commune de son lieu de sa naissance ; dans la commune où son père ou sa mère sont inscrits ou ont été inscrits en dernier ; et enfin, dans la commune belge où est inscrit un parent jusqu'au troisième degré ou dans une entité où un ascendant est né.

Une fois inscrit comme électeur dans un poste diplomatique pour une élection législative, l'électeur ne devra plus, comme c'est le cas aujourd'hui, répéter l'opération : son inscription restera valable pour les élections législatives suivantes. Sauf s'il n'est plus immatriculé dans ce poste diplomatique, n'a pas voté au scrutin précédent ou a voté par correspondance. Pour les distraits, il est prévu que ceux qui ne se sont pas inscrits spontanément comme électeurs recevront une invitation à le faire.

Autre changement: le vote à l'étranger n'aura plus lieu les vendredi et samedi, mais le mercredi, et sera possible en soirée, dans tous les postes diplomatiques ou consulaires. Quant au dépouillement, il n'aura plus lieu dans un endroit central à Bruxelles, mais dans des bureaux régionaux de dépouillement.

Le Mouvement Réformateur a toujours été à la pointe de la défense des droits des Belges résidant à l'étranger.

Le MR a obtenu dans ce domaine des avancées considérables, devant souvent vaincre d'extraordinaires réticences de la part de ceux qui étaient et sont parfois encore dogmatiquement convaincus qu'une ou un Belge votant dans un autre pays est systématiquement libéral. Curieuse appréciation des choses.

Les Belges qui résident à l'étranger en raison de leurs activités professionnelles ou d'un choix personnel sont des compatriotes à part entière, avec les mêmes devoirs et les mêmes droits, dont celui de voter, que ceux qui vivent dans notre pays.

Le Mouvement Réformateur a toujours reconnu cette réalité. C'est pourquoi les Libéraux ont entamé il y a fort longtemps la lutte pour que nos compatriotes vivant à l'étranger – 500.000 personnes, même si toutes et tous ne remplissent pas les conditions indispensables pour participer à un scrutin – aient le droit de voter.

Et une fois ce droit acquis, il convenait aussi de simplifier la procédure.


 
 
Le MR se réjouit de la reprise du dialogue social

Ce jeudi 18 décembre, le groupe des Dix...


en savoir plus


Reconnaissance de l’Etat palestinien

Un pas nécessaire vers la résolution du...


en savoir plus