Grâce à ce remboursement, les adultes souffrant de troubles anxieux, de dépression ou d’alcoolisme, pourront plus rapidement être traités. Par le passé, plusieurs années pouvaient s’écouler avant qu’un patient ne reçoive de l’aide psychologique. Ce remboursement est donc important pour l’amélioration de la santé mentale de la population.

Les consultations psychologiques n’étaient pas remboursées

Jusqu’à présent, aucun remboursement n’existait pour les consultations psychologiques. L’assurance soins de santé obligatoire ne couvrait pas ces consultations. Seules certaines mutuelles proposaient de rembourser partiellement un nombre limité de séances.

Cela va changer. Les patients, envoyés par leur généraliste ou leur psychiatre, pourront désormais compter sur le remboursement d’un traitement de courte de durée, via l’assurance soins de santé obligatoire. Ce remboursement couvrira quatre consultations maximum. Il s’ajoutera au remboursement déjà proposé par certaines mutuelles.

Il aura fallu plus de vingt ans pour reconnaitre les psychologues et les orthopédagogues cliniciens comme professionnels de la santé.

Une offre accessible aux 18-64 ans

Ce remboursement sera accessible dans l’immédiat aux personnes âgées de 18 à 64 ans. En effet, le budget dévolu à ce remboursement ne permet pas de l’étendre à toute la population. De plus, ce sont les réseaux de soins de santé mentale qui organisent cette aide de première ligne, et ils se consacrent aux adultes jusqu’à 65 ans. Le gouvernement fédéral peut donc utiliser ces réseaux pour commencer le remboursement de l’aide psychologique en première ligne, à court terme. L’impact sur le terrain sera visible plus rapidement. C’est aussi important car le remboursement incitera sans doute davantage de personnes à consulter. Cela permettra de dégager des ressources supplémentaires pour le remboursement des soins psychologiques de première ligne à l’avenir. Notamment pour les personnes âgées.

Le remboursement de l’aide psychologique de première ligne entrera en vigueur à l’automne 2018.

Avec cette mesure, la ministre Maggie De Block fait d’une pierre deux coups. D’une part, une reconnaissance de ces professions et d’autre part, le franchissement du premier pas en faveur du financement de l’aide psychologique.  Le budget annuel est de 22,5 millions d’euros. C’est un pas historique dans les soins de santé mentale.

La profession de psychologue clinicien a été officiellement reconnue en 2016. Le remboursement de l’aide psychologique pour quelque 120.000 patients suit à présent. “Nous rendons ainsi l’aide psychologique plus accessible et nous évitons de cette manière que certains problèmes psychologiques ne s’aggravent.”

Pour le MR, il est essentiel de favoriser l’accès aux soins de santé pour chacun.

 Ceci pourrait aussi vous intéresser :

http://www.mr.be/sante-le-test-prenatal-non-invasif-devient-gratuit/
http://www.mr.be/asile-2-millions-deuros-pour-des-soins-de-sante-mentale/
http://www.mr.be/le-gouvernement-facilite-lacces-aux-medicaments-innovants/
http://www.mr.be/les-travailleurs-en-burn-out-mieux-accompagnes/